billet 4

Le premier spectacle créé par la Compagnie de l'Aune (La Belle et la Bête, en 2009) contient les principaux éléments constitutifs de notre goût pour la création de spectacle jeune public. Dans ce spectacle, deux personnages porteurs d'une curiosité enfantine découvrent un grenier dont les objets suscitent le jeu, l'émerveillement et le questionnement. Ce qu'ils découvrent notamment, c'est un livre contenant l'histoire de la Belle et la Bête. Et découvrant l'histoire, c'est un rapport au temps, à la mémoire, à ce qui relie les personnes entre elles, c'est un rapport à la promesse ou encore à la sincérité qu'ils rencontrent. 

Nous sommes dans une situation similaire lorsque nous tâchons de donner vie à des répertoires anciens : un travail de mémoire, un effort pour nous relier à des femmes et hommes du passé et la promesse de donner un témoignage juste de leur message. 

Aborder aujourd'hui des répertoires anciens, chorégraphiques, littéraires ou musicaux, peut paraître le fait d'érudits attirés par des sujets très spécialisés. Pour nous, il s'agit plutôt de rencontrer des expressions a priori lointaines (puisque datant de plusieurs siècles) mais avec lesquelles nous avons très tôt éprouvé une grande familiarité, et ce avant même d'en être devenu des spécialistes. C'est ce contraste entre étrangeté et familiarité qui nous semble fondamental et particulièrement approprié aujourd'hui de transmettre aux enfants.

Les répertoires anciens ne sont par seulement une « terre éloignée », ils font partie de notre histoire commune et, dans tous leurs contours, offrent un éclairage important sur notre monde.

Créer des spectacles jeune public est certes un plaisir du jeu : transformer une guitare en cheval, ouvrir un coffre qui renferme de multiples trésors, faire naître un personnage sous les yeux du spectateur,... que de plaisir ! Mais c'est aussi placer au cœur de la création un rapport sensible fondamental, dont l'érudition ne suffit pas à justifier la présence. Il y a là une exigence qui à nos yeux donne un sens plus profond à notre démarche, car il s'agit justement d'offrir à ces répertoires une présence forte aujourd'hui. 

Jouer ces répertoires, c'est toujours faire un pas de côté par rapport à un contexte actuel donné. Il est alors important de faire un nouveau pas, qui nous entraîne vers la création d'un contexte neuf. Ce nouveau pas, c'est celui qui nous porte vers un public, et la spontanéité, l'inventivité, la porosité entre mondes « réels » et « imaginaires » rencontrées chez les enfants nous incitent à être vraiment présents ici et maintenant. Il s'agit là d'un pari, celui de relier la sensibilité d'enfants du 21ème siècle avec celle des 16ème, 17ème et 18ème siècles. Il s'agit de créer du lien, et le construire sur une compréhension mystérieuse, sensible, multiple, en un mot vivante !

06/02/2015